JEUDI DE L’ASCENSION - DÉCOUVERTE D’UNE ARCHITECTURE INSOLITE…

 

En ce jeudi de l’ascension, nul ne saurait oublier que cette journée est destinée à prendre du bon temps !

Fabrice FAVARGER a donc pris les devants pour nous offrir une journée « découverte » à la rencontre du « Palais Idéal du Facteur Cheval ». Au total, 340 km.

Au départ de la station Tamoil à Saint-Julien en Genevois – où 23 participants ont répondu présent, soit 17 motos au total – le convoi a pris la route à 9h30 en direction de Frangy, St-Didier, Marcilloles et Le Grand Serre.

C’est à Hauterives, dans le Département de la Drôme – une petite commune rurale située à l’écart des grandes voies de circulation et comptant de nombreux hameaux disséminés dans un paysage agricole et entourée de collines – que nous avons posé les motos pour nous détendre autour d’un pique-nique.

Certains ont osé traverser la rivière de Galaure, non sans difficulté, chaussures aux pieds ! Les moins téméraires sont restés du côté de la berge.

La suite du programme ? L’incontournable visite du « Palais idéal du Facteur Cheval » aussi stupéfiant qu’insolite. Une découverte culturelle unique au monde !

 

A LA DÉCOUVERTE DE L’UNIQUE ARCHITECTURE NAÏVE DU MONDE

Un jour d’avril 1879, en faisant sa tournée quotidienne de facteur rural, son pied accrocha quelque chose qui l’envoya rouler quelques mètres plus loin, il voulait en connaitre la cause. Dans ses rêves Ferdinand Cheval avait bâti un palais, un château ou des grottes… C’était une pierre de forme si bizarre qu’il l’a mise dans sa poche pour l’admirer à son aise. Le lendemain, au même endroit, il en a encore trouvé de plus belles. Des pierres molasses travaillées par les eaux et endurcies par la force des temps. Elles représentent une sculpture bizarre qu’il est impossible à l’homme de l’imiter.

Il s’est alors dit :

« puisque la Nature veut faire la sculpture, moi je ferai la maçonnerie et l’architecture »

 

LE TOMBEAU DU SILENCE ET DU REPOS SANS FIN…

 

A 77 ans et 33 années de travail opiniâtre, Ferdinand Cheval a encore trouvé le courage de construire son tombeau qui a duré 8 ans. Il manifestera son désir d’être enseveli dans l’enceinte même de son œuvre mais la réglementation française ne le permet pas et il se fera alors incinérer dans le cimetière communal.

 

Cette dernière œuvre s’est achevée en 1922, il avait alors 86 ans.

 

UN JEUDI DE L’ASCENSION EN TÊTE-A-TÊTE AVEC LA MAGIE

A l’issue de cette magnifique visite à côtoyer les prouesses d’un seul homme, nous nous sommes retrouvés autour d’un verre, le temps de partager ces beaux instants. Nous avons repris la route, la tête dans les étoiles, où nos chemins se sont séparés à Genève en début de soirée.

Merci Fabrice pour cette somptueuse journée, enrichissante et en très bonne compagnie.